« Les mensonges répétés depuis trop longtemps au Marché du porc breton, par des acheteurs peu soucieux de l'avenir de l'élevage français, font perdre toute crédibilité à la cotation définie au MPB. Par conséquent, l'arrêt des cotations serait profitable pour la majorité des éleveurs », a déclaré la FRSEA des Pays de la Loire, vendredi, dans un communiqué.

« Les acheteurs au Marché du porc breton transmettent de fausses informations concernant le prix du porc payé aux agriculteurs allemands », s'insurge l'organisation syndicale.

« Une délégation d'éleveurs faisant partie de la section porcine de la FRSEA des Pays de la Loire, en visitant l'Allemagne, a constaté que le prix payé aux éleveurs allemands était supérieur, depuis plusieurs années, à celui payé aux producteurs français : cette semaine encore, nous avons pu constater que le prix payé aux producteurs allemands était à 1,40 €/kg », explique-t-elle.

Avec un cours qui s'est établi à 1,124 €/kg le 30 septembre au MPB, le prix payé aux producteurs français est « en moyenne de 1,27 €/kg, alors que le coût de production moyen est de 1,50 €/kg, et qu'un grand nombre d'éleveurs n'ont plus les moyens de nourrir leurs animaux », souligne la FRSEA.

« Les abatteurs, au lieu de faire payer aux producteurs leur manque de compétitivité, devraient plutôt s'activer avec plus d'efficacité, pour aller chercher de la plus-value dans la manière d'exercer leur commerce et de gérer leurs outils », juge-t-elle.

« Sous l'identification VPF, les entreprises, avec les pouvoirs publics, doivent se donner les moyens de gagner en compétitivité pour assurer aux éleveurs un prix qui tient compte des évolutions du coût de production », conclut la FRSEA.