Le 26 août 2019, saisi par la LPO, le Conseil d’État a ordonné la suspension immédiate de la chasse au courlis cendré, oiseau inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (1). Le quota de prélèvement de 6 000 oiseaux pour la saison 2019-2020 avait été autorisé par un arrêté du ministère de la Transition écologique du 31 juillet 2019.

Dans un communiqué du 27 août 2019, la LPO dénonce une « stratégie gouvernementale » qui utilise « le principe de « gestion adaptative » dans le but de laisser perdurer la chasse d’espèces sauvages vulnérables ». Le président de l’association, Alain Bougrain Dubourg se félicite : « Le Conseil d’État vient de rappeler le gouvernement à ses obligations s’agissant du courlis cendré. »

« Une douche froide pour les chasseurs »

« Encore une fois, l’Europe et le Conseil d’État ne voient pas plus loin que le bout de leur nez »? a rétorqué la Fédération nationale de la chasse (FNC) dans un communiqué ce 27 août 2019. Elle « demande la suspension immédiate des négociations autour de la gestion adaptative tant que des bases saines n’auront pas été trouvées. »

L’objectif de cette gestion est de permettre une meilleure connaissance et de rationaliser les prélèvements en fonction de l’état de conservation des espèces chassables. Cette mesure est issue du plan biodiversité adopté par le ministère de la Transition écologique et solidaire le 4 juillet 2018. « La FNC demande également à la ministre de trouver une solution pour la chasse du courlis cendré dans les plus brefs délais ».

Suzie Terrier

(1) Union internationale pour la conservation de la nature;