L'Union InVivo a enregistré des résultats records en 2010-11, grâce à une contribution historique de l'activité du marché des grains. L'exercice 2011-12 s'annonce moins exceptionnel, dans un environnement économique plus troublé que jamais.

InVivo, numéro un français de la coopération agricole, a réalisé en 2010-11 un chiffre d'affaires record de 6,1 milliards d'euros (+37 % par rapport à l'exercice précédent), dont 47 % obtenus à l'international (exportation de grains et fabrication d'aliments pour animaux à l'étranger).

Le résultat net part du groupe, historique lui aussi, atteint 35 millions d'euros (+26 %), et ce après ristourne de 62 millions aux 270 coopératives adhérentes, a indiqué, mercredi, Patrice Gollier, directeur général d'InVivo (fonction qu'il cumule, depuis peu, avec les directions générales de Coop de France et de leur alliance Acooa).

Ces résultats « records » sont dus aux scores réalisés par la division du marchés des grains, dont les ventes atteignent 2,79 milliards d'euros (+85 %). Les volumes commercialisés, traditionnellement compris entre 7 et 8 millions de tonnes (Mt), bondissent à 11 Mt, confortant InVivo en tant que leader français de l'exportation. L'envolée des prix des matières premières agricoles a fait le reste.

Pour l'exercice 2011-12, InVivo anticipe de moindres performances de sa division en raison notamment du retour sur le marché des céréales russes et ukrainiennes, qui ont durement concurrencé les origines françaises au début de la campagne. Plus généralement, Patrice Gollier souligne la « volatilité très forte » et l'« imprévisibilité » sans précédent du marché des grains, qui font courir des « risques très élevés » aux opérateurs. Il en cite pour preuve « les résultats en chute libre des grands chargeurs » internationaux : ADM, Bunge, Cargill et Dreyfus.

La division InVivo agro (vente d'appros et de semences, essais agronomiques) a réalisé des ventes de 1,5 milliard d'euros en 2010-11. La progression annuelle (+14,3 %) résulte de la hausse des prix des intrants, notamment de celle des fertilisants.

La division « nutrition et santé animales » (InVivo NSA) a vu ses ventes atteindre 1,34 milliard d'euros (+12,5 %). Dans ce secteur, la stratégie tient toujours en deux axes : consolider la situation en France en participant à la constitution de groupes d'importance régionale ; poursuivre le développement à l'international où InVivo NSA réalise déjà 52 % de ses ventes.

Quatrième division du groupe, InVivo grand public a réalisé un chiffre d'affaires de 348 millions d'euros (+4,6 %), grâce notamment à son réseau Gamm Vert qui devrait franchir le cap des mille magasins en 2012.

InVivo emploie 6.330 collaborateurs, dont 53 % sont basés à l'étranger (en particulier dans les filiales de nutrition animale).

B.Co.