La Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF) a confirmé jeudi sa position favorable concernant la mise en oeuvre de la contractualisation dans la filière fruitière. Elle attend d'ailleurs la validation du décret par les autorités de la concurrence et le Conseil d'Etat.

La FNPF regrette pourtant que le législateur ne l'ait pas suivi dans la loi de modernisation agricole (LMA) puisque sa revendication « était et reste une contractualisation sur l'ensemble des actes commerciaux ».

Cependant, elle considère la contractualisation comme un moyen supplémentaire d'assurer « un minimum de moralisation et de sécurisation dans les relations commerciales ».

La fédération estime également que ce sera un dispositif offert aux producteurs pour assurer une partie de leur revenu et aux acheteurs une partie de leurs approvisionnements avec des garanties qualitatives.

La FNPF précise qu'elle a oeuvré pour que tous les producteurs se voient proposer un contrat par les acheteurs. « Libre à eux de les signer, de le rediscuter ou de les refuser. »

Lire également :