Le panier moyen des consommateurs a baissé en 2013 (-1,32 %), et ce dans presque toutes les catégories de produits, selon la dernière enquête de l'association de consommateurs Familles rurales, dévoilée le 21 janvier 2014. Il s'établit ainsi à 135,26 euros. En 2012, une augmentation de 3,49 % avait été constatée. L'enquête a été réalisée par un réseau de 80 personnes issues de 37 départements. Les relevés sont faits tous les deux mois. 

Lait et oeufs bio

Familles rurales s'est intéressée cette année à certains produits biologiques, dont le lait et les oeufs.

Elle constate que le prix du lait bio varie de 0,75 à 1,30 €/l selon les marques et les lieux de vente (hyper, super ou hard-discount). Il peut être 45 % plus élevé que le non-bio. Mais un lait bio de premier prix peut aussi se trouver à 10 centimes de moins qu'un lait non bio vendu sous une marque nationale...

Concernant les oeufs, les écarts de prix les plus importants se situent au sein des produits de grandes marques, avec des prix environ 60 % plus chers en gamme bio (de 1,90 à 2,82 € pour la boîte de six oeufs bio, et de 1,36 à 1,72 € pour les non-bio).

Super, hyper et hard-discount

Comme en 2012, le panel des marques nationales est moins cher dans les supermarchés alors que ce sont les hypermarchés qui pratiquent les meilleurs prix pour les « marques de distributeur » et les produits de premier prix.

Concernant cette catégorie, l'écart s'est encore accru entre les hard-discounters où le panier moyen en premiers prix est paradoxalement le plus cher à 103,65 euros, comparé aux supermarchés (94,13 euros) et surtout aux hypers (90,4 euros).

Hausse de la TVA

L'association de consommateurs note une tendance dans l'évolution des prix depuis 2006 : « une année de baisse de prix pour deux années de hausse ». Dans cette logique, « les prix pourraient repartir à la hausse s'ils suivent ce cycle en dent de scie », craint-elle. D'autant que la hausse de la TVA pourrait venir aggraver le phénomène, même si les produits de première nécessité ne sont pas concernés (sur les 35 produits du panier étudié, seuls 13 sont concernés).

Familles rurales affirme qu'elle sera « particulièrement vigilante » pour vérifier que les distributeurs ne profitent pas de cette hausse pour augmenter démesurément leurs prix. « Sur la base des tarifs moyens de 2013, l'impact de la hausse de la TVA sera de 0,24 euro sur le panier moyen de 2013 », a-t-elle calculé. En prenant par ailleurs en compte l'augmentation annuelle moyenne constatée depuis 2006 (+0,6 %), Familles rurales estime que le panier moyen ne devrait pas dépasser les 136,32 € en 2014.

Alain Cardinaux