Déjà tiré à la hausse en novembre 2020, le prix d’achat des intrants augmente de 0,6 % en décembre 2020 par rapport au mois précédent, relève Agreste* dans sa note d’infos rapides du 15 février 2021. Ce prix, mesuré par l’Ipampa pour les biens et services utilisés dans les consommations intermédiaires, reste cependant inférieur au niveau de l’année précédente.

Le prix d’achat des intrants diminue en décembre 2020 sur un an selon Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture. ©Insee — Agreste — Coop de France NA — SNIA — Unifa

Sur un mois, le prix des intrants est tiré à la hausse

Comment s’explique cette progression sur un mois ?

  • Par la hausse du prix de l’énergie et des lubrifiants qui progresse de 4,2 % en décembre 2020 par rapport au mois précédent.
  • Par la hausse du prix des aliments pour animaux qui progresse de 1,1 % par rapport à novembre. Et même constat sur un an : le prix est également en hausse de 5,4 % sous l’effet de la hausse des prix des aliments simples et des aliments composés.
  • Par la hausse de 0,3 % du prix des engrais et amendements en décembre 2020, pour le troisième mois consécutif. En revanche, sur un an, le prix est en repli de 4,8 %.

Mais sur un an, le prix des intrants poursuit sa chute

Sur un an, le prix des intrants recule pour toutes les Otex, à l’exception de l’élevage hors sol, et un peu plus fortement pour les grandes cultures et les exploitations de maraîchage, pour lesquelles le poids du poste énergie est important et qui bénéficient ainsi de la baisse des prix de l’énergie. En décembre 2020, le prix des intrants reste inférieur au niveau de 2019, avec un écart de 1,1 % en décembre.

15,7 %C’est la baisse du prix de l’énergie sur un an glissant entre 2019 et 2020

Cette baisse est liée à celle du prix de l’énergie et des lubrifiants qui, depuis mars 2020, ne cesse de chuter par rapport à 2019 : en décembre 2020, les prix sont ainsi inférieurs de 15,7 % au niveau de décembre 2019.

Sur un an, le prix des intrants recule pour toutes les Otex, à l’exception de l’élevage hors sol, et un peu plus fortement pour les grandes cultures et les exploitations de maraîchage. ©Insee — Agreste

La production d’aliments composés se porte mieux qu’en 2019

En décembre 2020, avec un jour ouvré de plus qu’en 2019, la production d’aliments composés pour animaux de ferme a progressé de 5,9 % sur un an. En revanche, en cumul de janvier à décembre, elle est en recul, la baisse de la production pour les bovins et la volaille n’étant pas contrebalancée par la hausse pour les aliments porcins.

  • Pour les bovins : En décembre 2020, la production d’aliments composés pour bovins, incluant la production totale de mash, croît de 6,0 %, sous l’effet d’une hausse des aliments pour vaches laitières (+ 7,3 %) mais également pour les autres bovins (+ 2,8 %). Compte tenu d’une récolte de maïs fourrage assez faible en volume et de qualité moyenne, les éleveurs laitiers ont eu recours à davantage d’aliments composés, ce qui a permis à la production laitière de se maintenir sur le dernier trimestre 2020 par rapport à 2019. Sur l’année 2020, en revanche, la production d’aliments pour vaches laitières est en recul (- 0,5 %), tout comme celle destinée aux autres bovins (- 3,7 %).
  • Pour les porcins : En décembre 2020, la production industrielle d’aliments porcins a progressé de 5,1 % sur un an. Sur l’ensemble de l’année 2020, la hausse est beaucoup plus limitée (+ 0,3 %). La production d’aliments pour truies et porcs à l’engrais est en hausse (respectivement + 0,9 % et + 0,8 %) alors que celle destinée aux porcelets est en recul (- 3,2 %).

Sur les onze premiers mois de 2020, les incorporations de blé par les fabricants sont en baisse. Elles restent cependant toujours supérieures à celles de maïs. Ces dernières sont en hausse par rapport à 2019.

En décembre 2020, avec un jour ouvré de plus qu’en 2019, la production d’aliments composés pour animaux de ferme a progressé de 5,9 % sur un an. ©Insee — Agreste — Coop de France NA-SNIA

Énergie et engrais : les livraisons sont en hausse sur un an

En décembre 2020, après cinq mois consécutifs de recul, les livraisons d’engrais azotés sont en hausse sur un an de 6,8 % par rapport à la campagne précédente, avec des prix en baisse (- 4,7 % par rapport à décembre 2019).

En décembre 2020, les livraisons de phosphate sont en forte progression sur un an (+ 38,1 % entre décembre 2019 et décembre 2020) dans un contexte de prix en recul sur un an (- 10,8 %). Sur les huit premiers mois de la campagne 2020-2021, les livraisons augmentent de 13,7 %.

Les livraisons de potasse sont supérieures à celles de la campagne précédente (+ 17,7 % entre décembre 2019 et décembre 2020) avec des prix en recul (- 8,1 %).

Comme pour les engrais phosphatés, les livraisons d’engrais potassiques sont en hausse sur les huit premiers mois de la campagne 2020-2021 (+ 17,0 %).

En décembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord est en hausse par rapport au mois précédent. Il s’élève à 50 $, contre 43 $ en novembre 2020.

En décembre 2020, le prix du gazole non routier, qui représente un peu plus de la moitié du poste « énergie et lubrifiants » de l’Ipampa, est en hausse (+ 7,2 % par rapport à novembre 2020). Sur un an, les prix sont en baisse (- 27,0 %). Ces données tiennent compte du remboursement aux agriculteurs de la taxe sur la consommation des produits énergétiques (TICPE).

En décembre 2020, les livraisons totales d’engrais sont en hausse par rapport à décembre 2019 relève Agreste. ©Unifa
Oriane Dieulot

*Agreste : service de la statistique du ministère de l’Agriculture