Quels challenges pour le sorgho en Europe ? L’Europe reste un petit acteur sur le marché international du sorgho, qui est centré sur les exportations depuis les États-Unis vers la Chine (77 % des volumes échangés). Offrant un panorama sur la génétique, l’agronomie, les marchés et les débouchés sur sorgho, le premier congrès européen du sorgho, qui s’est déroulé du 2 au 4 novembre 2016 à Bucarest (Roumanie), promet cependant « un vrai potentiel » au sorgho européen.

Créé à l’initiative d’interprofessions, d’un organisme technique et de semenciers (1), ce congrès a rassemblé plus de 250 sélectionneurs, agronomes, agriculteurs et transformateurs d’Europe mais aussi des États-Unis, du Cameroun, de l’Ukraine et de la Russie.

Culture de choix sous un climat chaud

Les atouts environnementaux du sorgho ont été plébiscités par l’ensemble des intervenants : dans le cadre du changement climatique, « le sorgho a un avantage par rapport au maïs, résume Patrick Jeanson, sélectionneur et président de Prosorgho, car il est plus résistant aux stress liés aux hautes températures ».

Bioénergies, bière ou ration pour le bétail

Le sorgho ouvre la voie à de nombreux débouchés, de la production d’énergie (biogaz) à l’alimentation humaine. Ce dernier débouché, peu exploité en Europe, est majoritaire en Afrique subsaharienne, d’où le sorgho est originaire. En Europe, en grain ou en fourrage, il est destiné à l’alimentation animale (volailles, porcs, bovins), où sa complémentarité avec le maïs est mise en avant.

Vers la structuration d’une filière européenne

Ce premier congrès marque la volonté des professionnels du sorgho de s’unir pour assurer la promotion de la culture, et pour structurer une filière à l’échelle européenne, baptisée Sorghum-ID. À court terme, la CEPM (Confédération européenne de la production de maïs) et la FNPSMS attendent, d’ici à la mi-novembre, la réponse de Bruxelles à leur appel à financements européens. Les financements seraient utilisés pour promouvoir le sorgho au sein de l’Union européenne ainsi qu’en Ukraine et en Russie.

A.Cas.

(1) FNPSMS (Fédération nationale des producteurs et multiplicateurs de semences de maïs et de sorgho), CEPM (Confédération européenne de la production de maïs), APPR (Association des producteurs de maïs et sorgho de Roumanie), Arvalis-Institut du Végétal, et des semenciers impliqués dans la sélection du sorgho (Caussade Semences, Euralis, KWS, RAGT Semences et Semences de Provence).