En ouverture de la troisième Conférence environnementale, le président de la République a annoncé le lancement d'un grand chantier sur la démocratie participative.

Alors que le projet de barrage à Sivens est remis en question, François Hollande s'est interrogé sur les raisons qui peuvent conduire à de tels blocages. Dans le cas de projets comme à Sivens, tous les avis doivent être pris en compte, mais « un intérêt général doit être dégagé, pas seulement une somme d'intérets particuliers », a-t-il précisé

Pour éviter de nouveaux drames, il a lancé quelques pistes : « Il faudra aller plus loin dans la recherche de impacts environnementaux, permettre la compensation, mais aussi dans la simplification : un mauvais projet doit pouvoir être arrêté rapidement ; et un bon projet doit pouvoir être mené à bien rapidement. C'est une question de respect pour les citoyens, mais aussi pour les acteurs économiques. »

Le président de la République a également suggéré l'organisation de référendums pour valider des grands projets locaux.

Enfin, pour accroître la transparence et l'information des citoyens, François Hollande a proposé de créer une base de données publique gratuite pour répertorier toutes les études d'impact réalisées chaque année dans le pays.

Lire également :

Voir les vidéos sur la Conférence environnementale

Table ronde « Mobilisation pour la COP 21, climat et biodiversité » 

Table ronde sur le transport et la mobilité durables

Table ronde sur l'environnement et la santé

B.L.