« Nous avons lu avec intérêt les propositions sur la Pac présentées par France Stratégie », a déclaré la Confédération paysanne, le 24 octobre. France Stratégie, organisme d’expertise et d’analyse prospective rattaché au Premier ministre, a formulé, le 23 octobre, des propositions pour repenser la politique agricole commune (Pac) selon 4 axes afin de « faire en sorte qu’elle soit un levier de la transition agroécologique ».

L’organisme préconise comme mesure forte de verser les aides Pac du premier pilier en fonction du nombre d’unités de travail annuel (UTA) sur l’exploitation et non plus en fonction du nombre d’hectares. Cela « rejoint la proposition historique d’aide à l’actif paysan portée par la Confédération paysanne », constate le syndicat.

Ce dernier se dit également favorable à la mise en place de contrats longs pour accompagner les changements et la rémunération de pratiques favorables à l’environnement, au climat et à la biodiversité par l’intermédiaire de bonus-malus, comme le recommande France Stratégie.

Une transition progressive et par paliers

L’augmentation des taxes sur les pesticides, les engrais et les antibiotiques, suggérée par France Stratégie devra être « progressive et par paliers pour encourager la désintensification ». La transformation des pratiques devra être accompagnée par des contrats de « la recherche, de la formation et du conseil, ainsi que des contrats de transition », déclare la Confédération paysanne.

Le syndicat indique regretter « le peu d’ambition des auteurs du rapport concernant les outils de régulation des marchés ». Il invite cependant le ministère de l’Agriculture à prendre en compte les propositions de France Stratégie.

Marie Salset