Xavier Beulin, président de la FNSEA, a exprimé jeudi l'inquiétude de ses adhérents après la suspension par la Russie de ses importations agroalimentaires en provenance d'Europe.

Ces représailles, a indiqué Xavier Beulin sur i-Télé, visent principalement les légumes et fruits, actuellement tomates et pêches nectarines - en crise - ainsi que les viandes, en provenance de France mais aussi de Pologne et des Pays baltes.

« C'est un système à double détente », a-t-il expliqué : « la Russie se ferme aux importations, mais aussi les produits qui n'iront plus à l'exportation (hors UE) vont se rabattre sur les pays européens et créer une situation de crise ». « La Russie est exportatrice de céréales mais fortement importatrice de légumes et fruits et de produits transformés tels la viande, les produits laitiers », a-t-il rappelé.

Le président de la FNSEA voit cependant deux raisons d'espérer : « La Russie est membre de l'OMC (Organisation mondiale du commerce ) et risque de s'exposer à des sanctions si elle ferme ainsi son marché ». « De plus, l'hiver est très long en Russie et je n'imagine pas que, demain, Vladimir Poutine tente une manoeuvre qui fasse que la population (russe) se retourne contre lui si les rayons sont vides, en particulier le rayon viande », a-t-il estimé.

Le gouvernement russe doit présenter dans les prochains jours une liste de produits dont l'importation sera interdite ou restreinte. La Russie entend viser les pays ayant adopté des sanctions économiques contre elle, singulièrement les Etats-Unis et l'Europe, qui l'accusent de soutenir les séparatistes pro-russes ukrainiens.