Le Parlement européen s'est prononcé mercredi pour l'interdiction formelle du clonage animal à des fins alimentaires dans l'Union européenne. «Les députés souhaitent aussi la mise en place d'un embargo sur les importations d'animaux clonés, de leur progéniture, et de la viande et des produits laitiers issus de cette filière», précise un communiqué du Parlement.

Une résolution a été adoptée par 622 voix "pour", 32 "contre" et 25 abstentions. Celle-ci appelle la Commission européenne à «présenter des propositions interdisant les pratiques suivantes à des fins alimentaires: le clonage d'animaux, l'élevage d'animaux clonés ou de leur progéniture, la mise sur le marché de viande ou de produits laitiers issus d'animaux clonés ou de leur progéniture, et l'importation d'animaux clonés, de leur progéniture, de leur sperme et d'embryons d'animaux clonés ou de leur progéniture, ainsi que de viande et de produits laitiers issus d'animaux clonés ou de leur progéniture».

Le texte de cette résolution «fait référence aux problèmes de santé, de bien-être animal et de mortalité plus élevés chez les animaux clonés et leurs mères porteuses mis en lumière récemment dans plusieurs avis d'experts européens», explique le communiqué.

Les eurodéputés soulignent aussi que le clonage «aurait pour effet de réduire considérablement la diversité génétique au sein des élevages et donc d'augmenter le risque que des troupeaux entiers soient décimés par des maladies».

Les parlementaires estiment par ailleurs que l'utilisation d'une telle technique pourrait nuire à l'image du modèle agricole européen, fondé sur la qualité des produits, le respect de l'environnement et des critères stricts de bien-être des animaux.

«A l'heure actuelle, aucun produit issu d'animaux clonés n'est commercialisé en Europe ou dans le reste du monde mais les experts estiment que ces produits pourraient arriver sur le marché d'ici à 2010», toujours selon le communiqué du Parlement européen.

«Le moratoire des Etats-Unis sur la vente de tels produits, mis en place en juillet 2001, a été remis en cause en janvier dernier par les autorités sanitaires américaines. Alors qu'en Europe, l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) reste prudente sur la question, outre-Atlantique, la Food and Drug Administration a conclu que la viande et le lait issus d'animaux clonés (boeuf, porc et chèvre) sont aussi fiables que celle d'animaux traditionnels», poursuit-il.

Etrange coïncidence, la presse américaine rapporte ces jours-ci que la FDA admet comme théoriquement possible que des produits tels que le lait issu de la descendance d'animaux clonés pourraient déjà avoir été introduits dans la chaîne alimentaire.

Les volumes seraient réduits, selon les propos d'un porte-parole de la FDA rapportés par la presse, et il y aurait actuellement 600 animaux clonés aux Etats-Unis.