Limiter les dégâts du changement climatique et en saisir les opportunités en adaptant l’économie russe, c’est l’objectif du plan “climat” adopté par la Russie. L’information a été officialisée par un décret gouvernemental. La Russie est un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Selon le ministère russe de l’Environnement, le pays se réchauffe en moyenne 2,5 fois plus vite que le reste du monde.

Le président Vladimir Poutine a admis la réalité du réchauffement climatique, même s’il juge qu’il est impossible d’en déterminer la cause. Ce plan court sur deux ans. Il part du constat que « les conséquences du changement (climatique) ont un effet reconnu et grandissant sur le développement socio-économique, la vie et la santé de la population ».

> À lire aussi : Russie, une superpuissance agricole en devenir (19/12/019)

Mise en place de cultures plus résistantes

Dans les régions arctiques, de nombreuses infrastructures se trouvent sur le permafrost. Sa fonte pourrait entraîner leur destruction, mais aussi l’apparition de nouvelles maladies. De graves inondations et des feux de forêt inhabituels ont eu lieu ces derniers mois et ces événements pourraient se multiplier en raison du changement climatique.

Le document de présentation liste une trentaine de mesures, comme une plus grande sensibilisation dans les écoles à la problématique du changement climatique ou encore la construction de barrages et l’adoption de cultures plus résistantes à la sécheresse. Il répartit aussi les missions entre les autorités locales et fédérales.

Les possibles « opportunités » créées par le changement climatique et évoquées dans le plan sont une baisse de la consommation d’énergie dans les régions froides, une augmentation de la surface des zones agricoles et l’ouverture de nouvelles voies de navigation dans l’océan Arctique.

> À lire aussi : Aucun progrès global depuis l’accord de Paris (02/12/19)

AFP