Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Cargill met en garde contre la déstabilisation des systèmes alimentaires

Climat - Cargill met en garde contre la déstabilisation des systèmes alimentaires
Usine de trituration de Colza © Sébastien ChampionSébastien Champion

Cargill, le géant américain du négoce et de la transformation de matières premières agricoles, a plaidé mardi 7 janvier pour des changements « courageux et décisifs » dans l’industrie agroalimentaire mondiale, mettant en garde, à défaut, contre une déstabilisation du secteur par le changement climatique.

« Sans des décisions courageuses et décisives par tout le secteur de la production alimentaire, le changement climatique va déstabiliser les systèmes alimentaires », a averti le PDG du groupe Cargill, Dave MacLennan, lors de la publication des résultats du premier semestre (juin-novembre) de son exercice décalé.

Début de l’activité Stevia

Le groupe a en particulier salué le début de la production industrielle d’édulcorant de synthèse à base de stevia Eversweet dans son usine de Blair au Nebraska. Un investissement de 50 millions de dollars stratégique pour lui, car le mode de production, qui repose sur une technique de fermentation, constitue une première du genre aux États-Unis. Il permet de générer les deux molécules les plus utiles de la feuille de stevia, et se présente comme plus durable que celui basé sur l’extraction des feuilles de stevia elles-mêmes, puisque ces deux molécules représentent moins de 1 % de la feuille de stevia naturelle.

Cette innovation recèle un potentiel de croissance « significatif » dans l’agroalimentaire, des boissons aux yaourts en passant par les eaux et thés parfumés. « Plus de 300 essais clients sont en cours », a précisé Cargill.

Côté innovation, au premier trimestre, Cargill avait aussi annoncé un investissement de 75 millions de dollars dans Puris, le plus gros fabricant de protéines de pois en Amérique du Nord, ingrédient essentiel utilisé pour la production de viandes cellulaires issues de la synthèse végétale.

À lire à ce sujet : La viande artificielle émet-elle moins de gaz à effet de serre que l’élevage ? (DecodAgri)

Le groupe a aussi conclu un accord commercial avec la biotech française InnovaFeed, spécialisée dans la production de protéines d’insectes destinées à nourrir des poissons dans le secteur aquaculture.

Déforestation au Brésil

Mais récemment, Cargill a aussi été épinglé par l’ONG Greenpeace pour sa responsabilité dans la déforestation au Brésil via notamment ses liens avec une gigantesque exploitation dans l’État de Bahia au Brésil (nord-est du pays), la ferme du groupe Estrondo, qui s’étend sur 305 000 hectares, une superficie supérieure à celle du Luxembourg.

En décembre, comme en réponse, le groupe a relevé ses ambitions affichées de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, espérant parvenir à les faire baisser de 30 % par tonne de produit d’ici 2030, alors qu’il était engagé précédemment à 10 % d’ici 2025. Parmi les améliorations visées, des efforts pour aider les agriculteurs à maintenir des sols plus sains et à séquestrer plus de carbone.

Augmentation du bénéfice semestriel de Cargill après la vente de l’activité de malt à Axéréal

Cargill, le géant américain du négoce et de la transformation de matières premières agricoles, a vu son bénéfice net augmenter de 20 % au premier semestre de son exercice décalé (juin-novembre) après la vente à la fin de 2019 de son activité de malt à la coopérative française Axéréal.

Voir aussi : Coopérative — Axéréal finalise l’achat des malteries de Cargill (04/11/2019)

Voir aussi : Acquisition — Axéréal rachète l’activité malt de Cargill (20/12/2018)

Au deuxième trimestre, lors de l’intégration du produit de la cession de ses 16 malteries, le bénéfice net du groupe agro-industriel américain a bondi de 61 % par rapport à la même période de 2018, à 1,19 milliard de dollars, portant le bénéfice net semestriel à 2,11 milliards de dollars, indique un communiqué diffusé mardi.

Comme ses concurrents américains ADM ou Bunge, le groupe a été affaibli par les conséquences de la guerre commerciale USA-Chine ainsi que par des accidents météo aux États-Unis. Au premier trimestre, son bénéfice net s’était contracté de 10 %.

La vente de 16 malteries situées dans neuf pays, annoncée en décembre 2018, a été finalisée en novembre 2019, permettant au français Axéréal de devenir leader mondial d’un secteur crucial avec l’essor du marché de la bière et des brasseries.

R.H. avec AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !