La Commission européenne a infligé 30 millions d'euros d'amende à Bonduelle qui a participé avec deux autres groupes présents dans le secteur des conserves de champignons à une entente sur les prix pendant plus d'un an.

Gardienne de la concurrence en Europe, la Commission a constaté que « les entreprises Lutèce, Prochamp et Bonduelle ont participé à une entente visant à coordonner les prix des champignons en conserve en Europe et à s'en partager la clientèle », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Elle leur a infligé au total pour 32 millions d'euros d'amende. Bonduelle a été le plus sévèrement sanctionné avec une amende de 30 millions d'euros, contre 2 millions d'euros pour le néerlandais Prochamp. Son compatriote Lutèce a échappé à l'amende pour avoir révélé l'existence de l'entente, a indiqué l'exécutif européen.

Cette entente, « dont le but était d'éviter une chute des prix, a concerné les ventes aux détaillants partout en Europe pendant plus d'un an. Cela signifie que, potentiellement, tout consommateur a pu en subir les effets », a relevé le commissaire européen en charge de la Concurrence, Joaquin Almunia, jugeant nécessaire de « protéger les consommateurs européens contre les pratiques anticoncurrentielles ».

L'entente concernait la vente par appels d'offres, sous une marque de distributeur, de champignons en conserve à des grossistes en produits alimentaires et à des clients professionnels, tels que les entreprises de restauration. Elle a duré de la fin de 2010 au début de 2012.