Pour les retardataires, l’AGPM (Association générale des producteurs de maïs) a annoncé lundi qu’un délai a été accordé jusqu’au 6 mai (au lieu du 22 avril) pour retourner les dossiers complétés de certification du maïs pour 2016, à l’organisme Ocacia.

L’engagement dans la démarche se traduira par une attestation d’engagement directement transmise à l’agriculteur par l’organisme certificateur dès validation du dossier. Ce certificat devra être joint à la déclaration Pac pour assurer sa prise en compte au titre du verdissement. L’exploitant devra également cocher la case prévue à cet effet dans la déclaration Pac.

Rappelons que dans le cadre de la réforme de la Pac, un dispositif d’équivalence à la diversité d’assolement via une mesure de couverture hivernale des sols a été acté en 2015. Ce dispositif est destiné à l’ensemble des exploitations (céréaliers, éleveurs) dont la part de maïs représente plus de 75 % des terres arables. Il permet aux exploitations engagées de bénéficier des aides Pac au titre du verdissement tout en conservant un assolement spécialisé en maïs.

Cette année, la liste des espèces autorisées pour la couverture hivernale a été étendue. Par ailleurs, l’implantation de la couverture hivernale doit être réalisée au plus tard dans les 15 jours qui suivent la récolte du maïs. Et les exigences sur le maintien des prairies permanentes sont désormais dépendantes de l’évolution du ratio régional de prairies permanentes par rapport à la SAU. L’exploitant s’engage à les respecter pour pouvoir être certifié.

I.E.