« Nous pensons, que la Russie exportera plutôt 5 à 6 millions de tonnes (Mt) de blé au cours de la prochaine campagne contrairement aux chiffres annoncés de 15 Mt », a expliqué ce mercredi 8 juin 2011 Renaud de Kerpoisson, président d'ODA (Offre et Demande Agricole), société de conseil en gestion du risque des prix, devant des professionnels de la meunerie.

« Le pays a eu des difficultés à semer ses blés d'hiver en raison de la sécheresse, et certaines parcelles n'ont pas pu être semées au printemps notamment dans les plaines de la Volga. Quant aux Etats-Unis, les premiers rendements du blé d'hiver à fort taux de protéines sont clairement mauvais », a-t-il expliqué.

Au final, Renaud de Kerpoisson estime que le blé n'est pas très cher aujourd'hui, et « nous avons conseillé aux éleveurs et aux meuniers de se couvrir à 100 % pour la prochaine campagne ».

De plus, il pourrait y avoir en 2011-2012 une demande additionnelle pour la reconstitution de stocks de la part des pays émergents, qui ne veulent pas que se produisent chez eux les mêmes événements qui ont affecté l'Egypte.

A.Du.