Alors que la Commission européenne s'apprête à réintroduire les droits de douane à l'intervention pour les céréales, la Coordination rurale (CR) y voit un aveu de l'échec de sa politique et réclame une dissolution de l'exécutif bruxellois.

La CR estime qu'avec la remise en vigueur des droits de douane à l'importation des céréales, «la Commission européenne reconnaît ainsi que la situation des marchés de cette matière première vitale est devenue totalement anarchique», dans un communiqué paru vendredi. Elle prouve ainsi l'inefficacité de sa politique «alors que Mme Ficher Boel, la commissaire à l'Agriculture, n'a eu de cesse de rappeler que, grâce à cette dérégulation, les agriculteurs allaient désormais suivre les signaux du marché!», poursuit le syndicat qui réclame ainsi la démission de la Commission.

La Coordination rurale enfonce le clou en martelant que «comme les gouvernements de l'Union européenne ont su reprendre le pouvoir pour intervenir dans la crise financière, ils doivent aussi prendre leurs responsabilités pour s'attaquer énergiquement à la crise agricole et alimentaire qui ruine tout espoir de relance de l'économie réelle».