L'américain ADM, l'un des géants mondiaux de la production et transformation de matières premières agricoles, annonce le rachat d'usines de broyage en Europe afin de produire du sucre en vue de la fin de quotas en 2017.

« Au terme de cet accord, ADM sera propriétaire intégral d'unités de mouture humide du maïs en Bulgarie et en Turquie et détiendra 50 % des parts d'une autre unité de ce type en Hongrie », précise un communiqué de Archer Daniels Midland Company (ADM) qui rachète ces usines à Eaststarch C.V., une joint-venture constituée entre ADM et Tate&Lyle. Le maïs sert à faire de l'isoglucose, c'est-à-dire du sirop de sucre utilisé par l'industrie.

Tate&Lyle recevra en contrepartie 240 millions d'euros en liquidités (...) et prendra le contrôle total de l'unité d'Eaststarch en Slovaquie, selon la même source. « Notre activité maïs crée de la valeur pour les actionnaires à travers une expansion géographique et une diversification » de nos produits, a déclaré Chris Cuddy, président de la branche transformation du maïs d'ADM, cité par le communiqué.

« Avec la fin proche des quotas de production de sucre en Union européenne, le plafond artificiel imposé aux édulcorants issus de céréales sera levé. Il y aura d'énormes possibilités sur le nouveau marché européen des édulcorants, en particulier une ouverture intéressante en Europe orientale, où la production de sucre est plus faible », a-t-il ajouté. « Dans le même temps, nous améliorons nos capacités pour répondre aux attentes de nos clients sur le marché croissant de l'amidon en Europe », a-t-il ajouté.

« Déclin anticipé des prix du sucre dans l'UE »

Les installations de Bulgarie, de Hongrie et de Turquie ont une capacité quotidienne de mouture de plus de 5.000 tonnes, selon le communiqué. Elles produisent des édulcorants primaires et de l'amidon. L'unité hongroise produit également de l'éthanol destiné aux carburants, boissons et usages industriels. Le potentiel minotier d'ADM sera accru de 7,5 % pour atteindre une capacité de plus de 81.000 tonnes par jour, selon ADM. «La valeur de cette transaction reflète le déclin anticipé des prix du sucre dans l'UE», a ajouté M. Cuddy.

L'accord prévoit également la fourniture par ADM à Tate&Lyle de fructose cristallin issu de son installation en Turquie, selon le communiqué qui précise que Tate&Lyle désignera ADM comme son agent exclusif pour la vente d'édulcorants liquides fabriqués dans ses unités européennes.

La transaction est soumise à l'accord de plusieurs autorités de régulations. ADM doit conclure définitivement l'accord cet été.