Lancé à la mi-décembre, le plan doit permettre de mobiliser plus de 5 milliards d’euros sur cinq ans pour ramener notamment des habitants et des commerces dans les cœurs de ville désertés. La liste des villes retenues a été annoncée par le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, en déplacement à Châtellerault (Vienne).

Lancement de la phase de préparation

Y figurent notamment Douai, Lorient, Troyes, Colmar, Limoges, Mont-de-Marsan, Avignon ou Perpignan. Réparties sur l’ensemble du territoire, elles devront engager « la phase de préparation » de leur projet de redynamisation au printemps 2018. Le plan, dont la mise en œuvre doit s’étaler jusqu’en 2022, a été élaboré en collaboration avec l’association Villes de France, qui regroupe les villes moyennes et les organismes publics partenaires.

Il vise notamment à acquérir et réhabiliter des logements, améliorer leur performance énergétique, « développer une nouvelle offre commerciale en centre-ville et rééquilibrer les conditions d’implantation avec la périphérie », indique le ministère de la Cohésion des territoires. « Action cœurs de ville » entend également « accompagner les commerçants dans la transition numérique » et simplifier leurs démarches d’implantation en centre-ville.

« Conforter le rôle de ces villes comme moteur de développement »

Les premières mesures visent « plus globalement à améliorer les conditions de vie des habitants et conforter le rôle de ces villes comme moteur de développement du territoire à une échelle régionale, en complément des métropoles ». « En raison du rôle charnière des villes moyennes », revitaliser leur centre, c’est « renforcer le lien entre les métropoles et la ruralité et conforter la cohésion du territoire national », s’est félicitée Villes de France, présidée par la maire de Beauvais, Caroline Cayeux (LR), dans un communiqué.

Les villes moyennes, principalement de 30 000 à 50 000 habitants, concentrent 23 % de la population et 26 % de l’emploi, tout en étant confrontées à d’importantes difficultés sociales. Nombre d’entre elles comptent de nombreux locaux commerciaux vacants et voient leur centre se vider après 19h00. Sur les 5 milliards d’euros mobilisés, 1 milliard proviendra « de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700 000 euros en prêts, 1,5 milliard d’euros d’Action Logement et 1,2 milliard d’euros de l’Anah », l’Agence nationale de l’habitat.

AFP