Les pluies diluviennes qui ont dévasté plusieurs communes des vallées de la Vésubie et de la Roya dans les Alpes-Maritimes ont eu des conséquences dramatiques chez les éleveurs de haute-montagne de ces deux secteurs. L’un d’entre eux a péri dans les eaux alors qu’il traversait un pont au volant de sa voiture. Son corps a été retrouvé le dimanche 4 octobre 2020 en début d’après midi par la autorités italiennes qui effectuaient des opérations de secours du côté français. Son frère qui se trouvait avec lui a eu la vie sauve. Il a réussi à saisir un tronc d’arbre auquel il est resté accroché pendant plusieurs heures en attendant les secours.

« L’après » s’organise

Le 5 octobre 2020, au surlendemain de la tempête, la chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes a dépêché un hélicoptère avec à son bord un conseiller élevage pour évaluer les besoins d’une quinzaine d’agriculteurs coupés du monde.

Les équipes de la chambre d’agriculture tentent, en outre, d’organiser l’acheminement sur place de foin et de médicaments pour les animaux. « C’est compliqué car beaucoup de voies d’accès ont été détruites par la tempête », explique Michel Dessus, le président de la chambre d’agriculture.

Les animaux transhumant ont pu être évacué dans la matinée du 5 octobre 2020. Ce même jour, une cellule de crise a été organisée avec les services de l’État dans le département. La MSA prévoit également la mise en place d’un suivi psychologique pour les agriculteurs sinistrés. Interrogé sur France 3, le dimanche 4 octobre 2020, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, a assuré aux éleveurs sinistrés le soutien de l’État.

L’état de catastrophe naturelle devrait être déclaré le mercredi 7 octobre 2020 lors du Conseil des ministres.

Chantal Sarrazin