« Le ministère de l'Agriculture tente de contribuer au redressement général de la France non pas en resserrant son propre budget de fonctionnement, mais en subtilisant l'excédent de budget de 2012, fonds pourtant apportés par les agriculteurs pour financer leur développement et celui de leur environnement », s'indigne la Coordination rurale, dans un communiqué du 5 avril 2013.

Pour le syndicat, le ministère se serait ainsi livré à une « ponction de 6 millions d'euros » sur le monde agricole en annonçant mercredi « que l'excédent de la recette de la taxe sur le chiffre d'affaires des exploitations payée par les agriculteurs serait non pas utilisée pour des actions de développement agricole et rural comme c'est la destination normale, mais abonderait le budget général de l'Etat ».

Selon la Coordination rurale, « le système français du financement du développement agricole et rural a fait l'objet de nombreuses dérives pointées par la Cour des comptes quant à l'utilisation des fonds, qui ont conduit à le réformer ».

« Aujourd'hui, ajoute-t-elle, le Casdar (compte d'affectation spéciale pour le développement agricole et rural) est financé exclusivement par une taxe sur le chiffre d'affaires des exploitations agricoles, qui varie donc dans le temps au fil de la volatilité des prix sur le marché mondial. »