Les agriculteurs européens pourront finalement compter en 2015 sur 430 millions d'euros pour faire face à d'éventuelles crises, comme le réclamait notamment la France face à la menace de Bruxelles de couper dans ces fonds, a indiqué lundi une source européenne.

L'issue a été tranchée dans le cadre des négociations sur le budget pour 2015 de l'UE, qui se sont conclues lundi par un accord préliminaire entre les institutions européennes, a précisé cette source.

Cet accord permet à l'agriculture européenne de débuter 2015 avec une « réserve de crise » intouchée de quelque 430 millions d'euros. Prévue par la politique agricole commune, cette « réserve » peut être mobilisée tous les ans, au prix pour les agriculteurs d'une coupe de 1 % dans les subventions européennes régulières.

La Commission européenne avait dans un premier temps projeté de réduire l'enveloppe disponible pour 2015 à quelque 90 millions d'euros, en y puisant de manière anticipée pour financer les mesures de soutien au secteur prises depuis cet été afin d'amortir l'effet de l'embargo russe sur les produits agroalimentaires.

Mais 21 Etats membres, emmenés par la France et soutenus par le Parlement européen, s'étaient alliés en novembre contre ce plan de l'exécutif bruxellois.

« La réserve de crise agricole doit être préservée, afin de maintenir notre capacité de réaction pendant l'année 2015 en cas d'approfondissement des difficultés rencontrées par les filières (face à l'embargo russe) ou de nouvelle crise », avaient-ils souligné dans une déclaration commune.

Sous pression, la Commission européenne avait rectifié le tir. Elle avait annoncé avoir trouvé une solution pour financer les mesures déjà prises en 2014 sans vider l'enveloppe de 2015, mais cette solution devait encore être avalisée dans le cadre des négociations générales sur le budget pour 2015.