Les députés ont rétabli vendredi une hausse plus forte que prévu de la péréquation budgétaire en faveur des communes les plus pauvres afin qu'elles ne soient pas touchées par les économies demandées aux collectivités locales dans le budget pour 2015.

A l'occasion de la nouvelle lecture du projet de budget pour 2015, qui prévoyait une hausse de cette péréquation de 208 millions d'euros considérée comme « suffisante » par le gouvernement, les députés ont revoté un amendement du socialiste François Pupponi pour l'augmenter de 99 millions d'euros.

L'amendement voté permettra une augmentation de la dotation de solidarité urbaine (DSU) de 180 millions d'euros et une augmentation de la dotation de solidarité rurale (DSR) de 117 millions.

« Cela permettra aux communes les plus pauvres de ne pas supporter l'effort d'économies demandé aux collectivés territoriales », s'est félicité M. Pupponi, député-maire de Sarcelles (Val d'Oise).

Les députés ont en effet rétabli la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités prévue dans le budget à 3,67 milliards, alors que le Sénat avait ramené cette baisse à 2,06 milliards.

« Il s'agit de se conformer à l'engagement pris par la France dans le cadre du programme de stabilité d'une réduction de la dépense publique de 50 milliards à l'horizon de 2017, dont 11 milliards pour les collectivités locales », a rappelé le secrétaire d'Etat au budget Christian Eckert.