Le mardi 15 janvier 2019 restera une date marquante de l’histoire britannique. Celle d’une illustre défaite pour le Premier ministre et de grande incertitude pour l’avenir du pays.

432 voix contre, 202 pour

À moins de trois mois du Brexit, la Chambre des communes a rejeté à une large majorité l’accord conclu entre Theresa May et l’Union européenne sur les modalités du départ du Royaume-Uni, par 432 voix, contre 202. L’opposition travailliste a déposé une motion de censure, signe de sa désapprobation envers le gouvernement en place.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, estime que « le risque d’un Brexit sans accord s’est accru » et a appelé le Royaume-Uni « à clarifier ses intentions dès que possible ».

29 mars 2019 : date butoir

La date butoir de la sortie du Brexit est fixée au 29 mars prochain. Si aucun accord n’est trouvé d’ici là, les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne deviendraient celles de deux « étrangers ». Une éventualité qui fait pâlir les filières agricoles des deux parties, puisqu’elle serait synonyme de mise en place de tarifs douaniers pour les échanges commerciaux.

En 2017, 10 % des exportations agricoles de l’UE étaient à destination du Royaume-Uni, tandis que les importations d’origine britannique ont représenté un 15 milliards d’euros pour l’Union.

Bertille Quantinet