Du fait de son positionnement géographique et de sa proximité avec le Royaume-Uni, la Bretagne est directement concernée par le Brexit. Les agriculteurs, les pêcheurs et les conchyliculteurs s’inquiètent pour l’avenir. Réunis au sein de l’Association Accetem (1), ils organisaient une conférence à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) le 7 avril sur les enjeux du Brexit.

Dans le domaine agricole, les relations commerciales entre la Bretagne et la Grande-Bretagne sont anciennes (dès le XIXe siècle). Selon les chiffres du Ceser (2), 36,8 % des exportations totales de la Bretagne concernent les produits agricoles, de la pêche et de l’agroalimentaire. Le pays est le cinquième client de la Région et les échanges atteignent 325 millions d’euros par an. Il représente 8 % des exportations agroalimentaires bretonnes. Les productions les plus concernées sont les légumes, les viandes (notamment porcine) et les produits laitiers.

Risques et opportunités

« Pour les productions agricoles, ce sont à la fois la dépréciation de la livre et les éventuelles barrières tarifaires ou non tarifaires qui sont à craindre. Dans l’agroalimentaire, le principal risque à court terme est lié à la perte de compétitivité induite par la baisse de la livre », a expliqué Isabelle Amauger, du Ceser Bretagne.

« Le Brexit va obliger la Bretagne à aller trouver de nouveaux débouchés et entraîner une concurrence européenne accrue, notamment avec l’Irlande » a confirmé Thierry Pouch, économiste à l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture.

Difficile de présager des conséquences du retrait à ce stade des négociations. La répercussion la plus immédiate sera avant tout sur le budget européen puisque selon les spécialistes, le retrait représenterait un trou de près de 17 milliards d’euros par an.

Thierry Pouch se veut toutefois optimiste. « Le Brexit peut être l’opportunité pour la France de reprendre en main la question agricole au niveau européen. » Principale crainte : que l’Angleterre, en véritable cheval de Troie, devienne une plaque tournante de l’importation et la réexportation de produits à partir d’une estampille nationale.

Isabelle Lejas

(1) Association de concertation et de communication économique de la terre et de la mer.

(2) Conseil économique, social et environnement régional.