Depuis le 1er janvier 2017, les chambres d’agriculture de la Bretagne (quatre chambres départementales et une chambre régionale) sont entièrement régionalisées. C’est la première Région en France à avoir engagé la mutualisation de ses moyens à l’échelle de la Région.

« Nous réaffirmons notre ancrage sur le territoire pour mieux servir les agriculteurs et aussi pour être plus proche des collectivités où tout va se passer demain », a résumé Jacques Jaouen, le président de la chambre régionale, à l’occasion d’une conférence de presse organisée sur un élevage laitier à Plumaugat (Côtes-d’Armor) le 20 janvier.

18 territoires et 26 antennes

Concrètement, toutes les fonctions de support (comptabilité, ressources humaines, gestion financière administrative…) sont régionalisées pour faire des économies d’échelle. La nouvelle structuration va se faire par métier (production, entreprise, politiques et territoires, ressources) avec une gouvernance régionale. La dynamique territoriale est renforcée avec un zonage en 18 territoires et 26 antennes décentralisées et des équipes étoffées. Une structuration qui colle avec l’organisation des EPCI dans les territoires et le fonctionnement du conseil régional qui gère le deuxième pilier de la Pac.

Fermeture de stations expérimentales

À l’occasion de la présentation, André Sergent, président de la chambre d’agriculture du Finistère, a annoncé la fermeture de deux stations de recherche d’ici à la fin de 2018 : celle de Saint-Aubin-du-Cormier (agroéquipements) et celle de Mauron (agronomie et viande bovine). Des réflexions sont engagées avec les Régions voisines (Normandie, Pays de La Loire) pour un travail en partenariat sur la recherche appliquée. Concernant le porc, l’un des deux sites devrait fermer (Guernevez et Crecom à Saint-Nicolas-du-Pélem) mais la question n’est pas encore tranchée.

La régionalisation est effective depuis le 1er janvier 2017. Elle ne date pas d’hier puisque les premières réflexions ont démarré en 1995 et ont été accélérées en 2011. « Nous avons une culture du travail en commun », a rappelé Marcel Denieul, président de la chambre d’agriculture de l’Ille-et-Vilaine. Une mutualisation facilitée aussi par le fait que la Région n’a pas subi de changement administratif lors de la dernière réforme. Ainsi, les chambres d’agriculture de la Bretagne seront en ordre de marche pour les prochaines élections qui auront lieu en 2019. Elles comptent 650 salariés pour un budget de 70 M€.

Isabelle Lejas