En juillet 2017, la production totale de bovins progresse par rapport à celle de 2016 (+2,2 %). Celle de bovins finis est en légère hausse (+1,3 %), et les exportations de broutards progressent fortement de +8,7 %. En août, les abattages reculent légèrement en têtes (–1,3 % à plus de 372 000 têtes) et en poids (–2 %) par rapport à 2016.

Gros bovins. Avec 68 000 têtes, les abattages totaux de vaches allaitantes progressent de 10 %, en août en glissement annuel. À l’inverse, ceux de vaches laitières reculent de 11 %, à près de 65 000 têtes. Sur les huit premiers mois de l’année, les abattages de vaches allaitantes sont en hausse de 4,1 % alors que ceux de vaches laitières sont en retrait de 4,8 %.

Après un léger creux en juillet, le cours moyen des vaches « O » s’établit en août à 3,3 €/kg carcasse, soit 6,5 % au-dessus du niveau exceptionnellement bas de 2016.

En juillet 2017, les exportations et les importations de viande bovine reculent, respectivement de – 2,9 % et –3,2 %, en glissement annuel.

Jeunes bovins. En août 2017, les abattages de mâles de 8 à 24 mois sont en retrait en têtes de 3,8 % par rapport à 2016. À 3,83 €/kg carcasse en moyenne, le cours des JB « R » est supérieur de près de 7 % à celui de 2016.

Veaux de boucherie. En août, les abattages de veaux de boucherie entament leur progression saisonnière. En glissement annuel, ils se maintiennent en têtes et augmentent de 1,6 % en poids. À 5,17 €/kg carcasse, le cours moyen subit une baisse saisonnière marquée. Il est désormais en repli de 4,6 % par rapport à 2016.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

L’offre restreinte permet une bonne tenue des cours

Dans les races à viande, le commerce gagne en fluidité. En réformes laitières, après une semaine dédiée aux moissons, les disponibilités pour les abattoirs accusent une forte baisse alors que la demande reste régulière.
Votre analyse du marché - Bovins maigres

Une reprise lente

Avec le jour férié du 14 juillet de nombreux commerçants n’ont pas « villagé » la semaine dernière. Les éleveurs sont accaparés par les moissons et les foins et sont peu disponibles pour la vente de leurs animaux.