Le système d’information sur l’inspection en abattoir (SI2A) est mis en place par la DGAL (direction générale de l’alimentation) dans tous les abattoirs français bovins et équins depuis 2015. Il recueille et centralise les données d’inspection des services vétérinaires.

Depuis cette année, SI2A permet l’enregistrement systématique des lésions repérées sur les carcasses et les abats.

Limiter le nombre de saisies

Interbev et la direction générale de l’alimentation du ministère de l’Agriculture expérimentent actuellement la redescente de ces informations aux éleveurs via Normabev. Ils espèrent que le système permette aux éleveurs de procéder à des actions correctives et contribue ainsi à une meilleure valorisation de la carcasse mais aussi du cinquième quartier.

« Les informations sanitaires seront à la disposition de l’éleveur une semaine environ après les informations économiques, détaille Jean-Yves Kerveillant, directeur de Normabev. Un code de couleur lui permettra de repérer facilement l’importance du problème sanitaire. » La phase expérimentale devrait courir sur toute l’année 2017.