Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les abattages de vaches allaitantes toujours en hausse

réservé aux abonnés

Bovins de boucherie - Les abattages de vaches allaitantes toujours en hausse
Les abattages de vaches allaitantes ont légèrement augmenté en septembre 2019 par rapport à la même période l’an dernier. © M.-F. Malterre/GFA

Les effets de la sécheresse estivale pèsent sur la production bovine française. En septembre 2019, les abattages de bovins sont en repli, hormis ceux de vaches allaitantes.

Dans un contexte de crise, le repli des abattages de bovins se confirme dans la dernière note d’Infos rapides diffusée par le ministère de l’Agriculture le 25 octobre 2019. La situation à l’exportation est difficile et la consommation apparente de viande bovine reste inférieure à l’année dernière (–1,1 %).

Un repli de l’offre qui soutient les cours

En septembre 2019, les abattages de bovins reculent de 2,6 % en têtes et de 1,9 % en poids. Les vaches laitières, à 74 000 têtes en septembre, représentent la première catégorie touchée. Leurs abattages chutent de 5,3 % sur an. En revanche, ceux des vaches allaitantes augmentent légèrement sur cette même période (0,3 %), comme le mois précédent.

Quant aux mâles de 8 à 24 mois, leurs abattages sont inférieurs de 4,3 % en septembre 2019 par rapport à 2018. Les disponibilités limitées favorisent le redressement des cours : à 3,76 €/kg de carcasse, le cours moyen dépasse de 1,1 % le niveau de l’année passée.

La même tendance est observée en veaux de boucherie. En septembre 2019, les abattages sont annoncés en repli de 1,6 % sur un an. « À 5,11 €/kg de carcasse, le cours moyen des veaux de boucherie entame sa hausse saisonnière tout en restant en deçà du niveau de 2018 (–7,8 %) et de la moyenne quinquennale (–8 %) » selon Agreste.

En bovins finis, 359 000 têtes sont totalisées en août 2019. La production est en retrait de 2,2 % sur un an. « Les abattages de bovins de plus 8 mois reculent de 3,9 % alors que ceux de veaux de boucherie augmentent de 0,8 % sur un an. »

L. Pouchard
Un peu plus d'informations sur le sujet

« En août 2019, le déficit du commerce extérieur de la viande bovine s’aggrave de 1 700 tec sur un an. Sur les huit premiers mois de l’année le déficit atteint plus de 17 000 tec », calcule le ministère de l’Agriculture. Selon les derniers chiffres disponibles, importations et exportations de viande bovine reculent, respectivement de –0,9 % et de –9,5 % sur un an.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !