France Conseil Élevage (FCEL) publie le 27 septembre 2016 les résultats des élevages de bovins à viande suivis par Bovins Croissance en 2015. Le référentiel qui en découle propose une synthèse des données observées en élevage.

La première partie précise les résultats moyens par race, les performances du quart supérieur des élevages en 2015 classés sur la productivité globale, et la variabilité observée au sein des élevages. En 2015, près de 10 600 élevages de bovins à viande ont été suivis par les organismes Bovins Croissance, avec les huit principales races françaises, et six races à petits effectifs.

« La variabilité reste importante d’un élevage à l’autre, note FCEL. Par exemple, en race blonde d’Aquitaine, la productivité globale moyenne est stable depuis trois ans, autour de 87 %. Mais si un élevage sur quatre est en dessous de 78 %, à l’inverse les cheptels les plus performants dépassent 97 %. Les performances de reproduction sont relativement stables pour chaque race. Les performances de croissance sont globalement meilleures qu’en 2014, à la faveur d’une année fourragère correcte. »

Le cheptel augmente

La seconde partie analyse l’évolution des performances dans les troupeaux suivis sans interruption entre 2005 et 2015. « La taille des troupeaux a fortement progressé sur cette période, explique FCEL. Un accroissement soutenu du nombre de vaches présentes mais, dans le même temps, on observe une moindre augmentation du nombre de vêlages. Le choix des périodes de vêlages a sensiblement évolué en l’espace de onze ans, au profit, dans de nombreuses zones fourragères, des vêlages d’automne. À ce titre, la zone du Grand Ouest se démarque avec une part non négligeable de doubles périodes de vêlages. Un effort est également à souligner concernant le groupement des vêlages qui est source de progrès technique. Les vaches de réforme sont, quant à elles, de plus en plus lourdes. »

Votre analyse du marché - Bovins maigres

Meilleure tenue des prix pour les mâles charolais

Les sorties restent limitées et peinent à couvrir une demande croissante, face au retard de mises en place dans les ateliers italiens. Le relèvement des prix des jeunes bovins participe à l’animation commerciale.