« Des pluies éparses dans les principales régions de culture au cours du week-end ont amélioré les perspectives pour les récoltes touchées par la sécheresse et apaisé les craintes de pertes de rendement potentielles », soulignent les analystes de la maison de courtage Allendale le lundi 13 juillet 2020.

« Les courtiers porteront une attention particulière aux prévisions météorologiques cette semaine alors que la récolte de maïs de cette saison entre dans une phase de développement clé », ajoutent-ils.

Et pour la semaine à venir, « il est prévu un temps plus humide pour les sept prochains jours », remarque Brian Hoops de Midwest Market Solutions.

Prime de marché retirée

« Les marchés sont en train de retirer la prime qu’ils avaient intégrée dans les prix, dans la mesure où le jour férié du 4-Juillet est passé et que les conditions s’annoncent favorables dans la majeure partie des grandes zones de production », ajoute-t-il.

Les courtiers regarderont la diffusion lundi après la clôture du rapport hebdomadaire du ministère américain de l’Agriculture sur la qualité des récoltes en cours.

> À lire aussi : Moins de blé que prévu, mais toujours un record (13/07/2020)

Les cours du blé quant à eux « se replient dans le sillage (du maïs et du soja) et face à une meilleure météo dans le nord de la région des Grandes Plaines », remarque Ami Heesch de CHS Hedging.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé lundi à 3,3650 dollars contre 3,4875 dollars à la veille du week-end (-3,5 %).

Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 5,2475 dollars contre 5,3400 dollars à la précédente clôture (-1,7 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 8,7525 dollars contre 8,9075 dollars vendredi (-1,7 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé freiné par la Russie et l’euro, le maïs poussé par la sécheresse

Les prix du blé se tassent ce mardi 4 août 2020 sur le marché à terme européen des céréales en raison d’une hausse des prévisions de récolte en Russie et de la force de l’euro qui freine la compétitivité du blé européen, tandis que le maïs profite du déficit hydrique.