Profitant cette semaine de conditions météorologiques moins menaçantes, « les agriculteurs s’activent dans les champs pour moissonner le maïs et le soja », estime Brian Hoops, de Midwest Market Solutions. Les producteurs tentent de rattraper le retard dans les moissons. L’arrivée massive des récoltes dans les silos et entrepôts tend à peser sur les prix.

Selon un rapport hebdomadaire diffusé mardi soir, le maïs était récolté au 13 octobre à hauteur de 24 % contre 36 % en moyenne sur les cinq dernières années. La qualité de la production est restée stable, 55 % étant considérée comme bonne à excellente.

Le soja était pour sa part récolté à hauteur de 26 %, contre 49 % en moyenne ces cinq dernières années, et sa qualité s’est un peu améliorée, 54 % étant considérée comme bonne à excellente.

Du côté du blé, 94 % du blé de printemps était récolté, alors que les moissons sont normalement finies en cette période de l’année, et 65 % du blé d’hiver était semé, conformément à la moyenne.

Incertitudes sur l’accord commercial entre la Chine et les États-Unis

Les prix du blé ont pu profiter, selon M. Hoops, d’un appel d’offres passé par l’Égypte. Par ailleurs, « il reste encore beaucoup d’incertitudes » sur l’accord conclu entre la Chine et les États-Unis à la fin de la semaine dernière, souligne Michaela Kuhl, de la Commerzbank.

Selon le président américain, les Chinois se sont engagés à acheter de 40 à 50 milliards de dollars de produits agricoles américains à l’issue d’une ronde de négociations qui doit mettre fin à la guerre commerciale entre les deux premières économies du monde. Après plusieurs comptes-rendus divergents, Pékin s’est vu obligé mardi de démentir tout différend avec les États-Unis sur la recherche d’un accord commercial entre les deux pays. Mais la Chine ne s’est pour l’instant pas engagée officiellement à passer d’éventuelles commandes et n’a pas précisé sur quels produits elles porteraient, ni sur quels volumes ou sur quelle période. Le montant évoqué par M. Trump est aussi beaucoup plus important que ce que les Chinois achetaient jusque-là : au pic des exportations en 2012 et 2013, les États-Unis ont écoulé en Chine environ 26 milliards de dollars par an.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé mercredi à 3,9175 dollars, contre 3,9325 dollars mardi (–0,38 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,1325 dollars, contre 5,0700 dollars à la précédente clôture (+1,23 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, s’est établi à 9,2800 dollars, contre 9,3400 dollars la veille (–0,64 %).

AFP

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les cours du blé et du maïs reculent sur Euronext

Le marché des matières premières agricoles recule depuis le début de semaine. Les prix du blé et du maïs ne font pas exception. Après un net repli à la clôture hier, le 16 août, ils diminuaient plus légèrement ce mercredi matin à l’ouverture d’Euronext.