« Les acteurs du marché sont surtout dans une position d’attente », estime Jason Britt de Central State Commodities. « Cela va probablement être compliqué de faire grimper les prix beaucoup plus que leur niveau actuel dans la mesure où on anticipe des récoltes particulièrement abondantes cette année et où on s’attend à une révision à la hausse des prévisions sur la production de maïs et de soja, et peut-être du blé », ajoute-t-il.

De bonnes récolte de maïs et de soja

Selon un rapport hebdomadaire diffusé lundi 10 août 2020, la proportion de maïs considéré comme bon à excellent avait légèrement reculé au 9 août, de 1 %, à 71 %. Mais cela reste 15 % de mieux que l’an dernier et 4 % de mieux que la moyenne des cinq années précédentes.

La récolte de soja s’est améliorée de 1 %, 74 % étant considérée comme bonne à excellente. C’est 20 % de mieux qu’en 2019 et 10 % que la moyenne des cinq dernières années. Les observateurs étaient par ailleurs mardi « en train d’évaluer les dégâts de la tempête Derecho qui a affecté lundi soir l’Iowa, le nord de l’Illinois et le Wisconsin en se demandant s’ils sont localisés ou un peu plus étendus que prévu », avance Jason Britt. Les prix du blé de leur côté sont selon lui simplement en train de se redresser après trois séances consécutives de baisse.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé mardi à 3,2375 dollars contre 3,2300 dollars la veille (+0,2 %).

Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 4,9500 dollars contre 4,9100 dollars à la précédente clôture (+0,8 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 8,7375 dollars contre 8,7325 dollars la veille (+0,1 %).

AFP