« Le maïs et le soja sont revenus sur leurs gains car les dernières prévisions météorologiques sont moins menaçantes pour les récoltes », explique Brian Hoops de Midwest Market Solutions.

Des pluies sont notamment attendues dans les six à dix prochains jours, « ce qui serait un moment parfait à ce stade du développement des plantes », remarque Mike Lung de la maison de courtage Allendale.

L’absence de nouvelles commandes dans le système recensant au quotidien les plus gros achats de produits agricoles américains par des acheteurs étrangers « a aussi fait pression, en particulier sur le soja », qui avait atteint la veille son plus haut niveau depuis mars, ajoute M. Hoops.

Bonnes conditions de récolte

Du côté du blé, « les courtiers essaient de trouver jusqu’où les prix vont descendre avant de commencer à remonter dans la mesure où les moissons pour le blé d’hiver sont désormais réalisées à près de 60 % », relève le spécialiste.

Selon le rapport hebdomadaire du ministère de l’Agriculture américain sur la qualité des récoltes, 71 % du soja était en condition bonne à excellente au 6 juillet 2020, comme la semaine précédente.

Du côté du maïs, 71 % de la récolte était considérée comme en bonne à excellente condition, ce qui est un peu moins que la semaine précédente (73 %).

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé mardi à 3,5250 dollars contre 3,5625 dollars la veille (-1,1 %).

Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 4,9525 contre 4,9325 dollars à la précédente clôture (+0,4 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 9,0250 dollars contre 9,0625 dollars lundi (-0,4 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé freiné par la Russie et l’euro, le maïs poussé par la sécheresse

Les prix du blé se tassent ce mardi 4 août 2020 sur le marché à terme européen des céréales en raison d’une hausse des prévisions de récolte en Russie et de la force de l’euro qui freine la compétitivité du blé européen, tandis que le maïs profite du déficit hydrique.