Les pluies continuent de s’abattre sur les États australiens du Queensland et de la Nouvelle-Galles, où est cultivé environ un quart du blé australien, novembre étant traditionnellement le mois des moissons.

Après plusieurs jours de précipitations qui ont fait déborder certains cours d’eau et ont provoqué des inondations majeures, il est encore trop tôt pour évaluer les conséquences sur les récoltes de cet événement climatique.

Il faudra, pour cela, attendre plusieurs jours, car des pluies sont encore annoncées jusqu’au week-end par le bureau de la météorologie du gouvernement australien.

Mais beaucoup prédisent déjà des pertes majeures pour l’agriculture. « On s’attend à ce que les prix montent encore au fil des développements en Australie », a prévenu Rich Nelson, responsable de la stratégie chez le courtier Allendale.

Taxes sur les exportations russes

Déjà star du deuxième semestre sur les marchés agricoles, le blé bénéficie d’une nouvelle vague de soutien, entre Australie et la perspective de quotas et de taxes sur les exportations russes.

Le centre fédéral russe de la qualité des grains a, en outre, annoncé que les exportations pour la campagne de 2021-2022 étaient en baisse de 18 % par rapport à la saison précédente, ce qui a ajouté à la nervosité du marché.

Les opérateurs ont également noté la qualité du blé d’hiver américain en culture, inférieure à la moyenne des cinq dernières années, selon le rapport publié lundi par le ministère de l’Agriculture (USDA), ce qui fait craindre pour la récolte de 2022 et contribue, là encore, à doper les prix.

Les mouvements étaient beaucoup plus mesurés pour le maïs et le soja, qui ont fini respectivement en petite hausse et baisse, dans des volumes restreints.

« C’était une séance calme et ce devrait être la même chose demain », selon Rich Nelson, les opérateurs se préparant au long week-end férié de Thanksgiving, la grande fête familiale de l’année aux États-Unis. Le marché sera fermé jeudi et fermera plus tôt vendredi, dernier jour de cotation des contrats à terme pour décembre.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars 2022 a gagné 1,16 %, à 8,6750 dollars, contre 8,5750 dollars lundi en clôture.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars également a terminé en hausse de 0,68 %, à 5,8825 dollars, contre 5,8425 dollars.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier a fini quasi stable (−0,09 %), à 12,7300 dollars, contre 12,7425 dollars à la clôture précédente.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en chute libre dans des marchés secoués par la pandémie

Les cours des céréales plongeaient vendredi 26 novembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen, plombés par la crise sanitaire qui s’étend en Europe et après la découverte d’un nouveau variant en Afrique du Sud.