« Le marché du blé a reculé en raison d’une abondance de réserves dans le monde malgré les difficultés rencontrées par les cultures de blé de printemps dans le nord des Grandes Plaines aux États-Unis », note Ami Heesch, de CHS Hedging.

Selon des chiffres diffusés le lundi 14 juin 2021 au soir par le gouvernement américain, 37 % des semis de blé de printemps étaient considérés « bons à excellents » à cette date, très loin des 81 % à la même période l’an dernier. La proportion des cultures de qualité supérieure de maïs (68 %) et de soja (62 %) est également inférieure à celle de 2020 en raison de sécheresses ayant affecté les grandes régions productrices ces dernières semaines.

Des averses sont toutefois prévues dans les prochains jours, ce qui devrait soulager les semis américains.

Le blé a également souffert de l’annulation mardi par l’Égypte d’un appel d’offres international passé la veille. Selon le Wall Street Journal, Le Caire avait reçu 19 offres de la part de 17 fournisseurs différents. L’Égypte est l’un des plus gros importateurs de blé au monde.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en juillet, le plus échangé, a conclu à 6,6150 dollars, contre 6,7450 dollars à la précédente clôture, baissant de 1,93 %.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet a terminé à 6,6750 dollars, contre 6,5925 dollars lundi, prenant 1,25 %.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en juillet a conclu à 14,6575 dollars, contre 14,7225 dollars la veille, perdant 0,44 %.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé à l’équilibre, la moisson se poursuit bon an mal an

Les prix du blé étaient à l’équilibre, mercredi 4 août 2021 en fin de matinée, demeurant à un niveau élevé devant une moisson compliquée par la météo et une révision à la baisse des prévisions de production en France.