« On continue à être très attentifs à toutes les informations sur la conclusion d’un accord partiel avec la Chine d’ici à la fin du mois », souligne Monica Moehring, de la maison de courtage Allendale. Après des signes plutôt encourageants ces derniers jours, « on attend maintenant une confirmation de l’endroit et de la date » à laquelle une signature pourrait avoir lieu, remarque-t-elle.

« D’énormes progrès »

Le principal conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a ainsi fait état vendredi « d’énormément de progrès » dans les négociations sur un accord partiel avec la Chine et le président Donald Trump a annoncé peu après qu’une rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping pourrait avoir lieu dans l’État américain de l’Iowa.

Le ministre américain du Commerce, Wilbur Ross, a fait part dans une interview de son optimisme sur la conclusion d’un accord partiel avec la Chine d’ici à la fin du mois. La perspective d’une trêve entre Washington et Pékin est en général bénéfique aux cours du soja, une des principales victimes de la guerre commerciale engagée par l’administration américaine.

Les yeux rivés sur les prévisions météo

Les acteurs du marché agricole continuent à scruter le ciel, les prévisions météorologiques annonçant un temps froid mais sec. Ce qui devrait « permettre aux agriculteurs d’accélérer les moissons (de maïs et de soja) et de rattraper une partie du retard » causé par des semis tardifs au printemps et un temps humide au début de l’automne, estime Monica Moehring.

Le rapport hebdomadaire de l’USDA, le ministère américain de l’Agriculture, sur l’avancée des moissons diffusé lundi après la clôture ainsi que le rapport mensuel sur l’offre et la demande de produits agricoles attendu vendredi prochain devraient permettre d’apporter aux investisseurs des informations plus précises.

Pour Brian Hoops, de Midwest Market Solutions, les cours du blé ont abandonné la majeure partie des gains engrangés vendredi en raison d’un regain de vigueur du dollar. Une hausse du billet vert tend à augmenter mécaniquement le coût du blé produit aux États-Unis pour les acheteurs munis d’autres devises, ce qui ne facilite pas les exportations dans un marché mondial très concurrentiel.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé lundi à 3,8325 dollars, contre 3,8925 dollars vendredi (–1,54 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,0975 dollars, contre 5,1600 dollars à la précédente clôture (–1,21 %).

Le boisseau de soja pour livraison en janvier, le plus échangé, s’est établi à 9,3800 dollars, contre 9,3675 dollars vendredi (+0,13 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Rebond des cours du blé et du maïs

À la faveur du dynamisme de la demande à l’international, les cours européens du blé et du maïs sont repartis à la hausse.