« C’est typiquement un mardi de retournement par rapport à la veille, ça ne veut pas dire que ça va durer », a résumé Frank Cholly de RJO Futures. Lundi 21 septembre 2020, les cours avaient tous terminé en baisse de plus de 2 % « dans le sillage de la liquidation brutale qui a touché tous les marchés », a ajouté cet analyste. « Les métaux ont été touchés, le pétrole, les actions et les marchés agricoles aussi », a-t-il rappelé.

Le maïs avait évolué en territoire positif en cours de séance, porté par une annonce du ministère américain de l’Agriculture d’une commande de 140 000 tonnes de la céréale par la Chine, et de 320 000 tonnes livrables vers une destination inconnue.

La Chine a aussi commandé 266 000 tonnes de soja, selon le ministère américain. Quelque 264 000 tonnes ont également été commandées, mais on n’en connaît pas la destination. « On n’a pas eu vent de rumeurs concernant de nouveaux achats, donc cela pourrait être la fin des annonces de ventes de soja à la Chine après 13 sessions consécutives de commandes », a souligné Brian Hoops de Midwest Market Solutions.

Même son de cloche chez RJO Futures, où Frank Cholly pense que cette série d’achats qui a tiré les prix de l’oléagineux à la hausse « ne va pas se poursuivre à ce rythme ». « Ça doit s’arrêter à un certain moment et se tourner vers l’Amérique du Sud », a-t-il assuré.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé mardi à 3,6925 dollars contre 3,6975 dollars lundi (-0,13 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,5800 dollars contre 5,5475 dollars lundi (+0,58 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 10,1975 dollars contre 10,2250 dollars lundi (-0,26 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé corrige, sous l’effet de nouvelles climatiques

Les prix du blé étaient en baisse, ce lundi 26 octobre 2020 après-midi, sous l’effet notamment de bonnes nouvelles sur le front du climat aux États-Unis et en Russie et des craintes concernant l’évolution de la situation sanitaire en France.