« Faisant suite aux retours des agriculteurs membres du réseau ODA, nous avons été amenés à revoir nos chiffres à 30 millions de tonnes (Mt) de blé tendre », a livré lundi soir Didier Nedelec, le directeur général d’Offre et Demande Agricole (ODA). Il s’agit d’une baisse de 25 % par rapport à 2015. Le cabinet annonce également une production d’orge « catastrophique » à 10,3 Mt.

Dans les zones touchées (quart nord-est de la France), où les baisses de rendements atteignent de 40 à 50 %, les grains sont très petits mais avec parfois une teneur en protéines élevée et une qualité sanitaire qui s’avère correcte. « Nous avons très peu de retours de mycotoxines », indique M. Nedelec. Les poids spécifiques sont en revanche très décevants. Mais selon ODA, ce n’est pas le moment de baisser les bras. « Il faut attendre pour voir comment seront valorisés ces petits grains à forte teneur en protéine sur le marché, sachant que depuis plusieurs mois la protéine a fortement monté au niveau mondial », poursuit M. Nedelec.

Au niveau européen, le cabinet a constaté des situations comparables dans le quart sud-est de l’Angleterre, au Benelux et dans l’ouest de l’Allemagne. « Nos derniers chiffres montrent une réduction de la production européenne de l’ordre de 15 à 16 Mt », indique Didier Nedelec.

Cette forte baisse des volumes a pour l’instant comme conséquence une hausse des prix du blé sur les marchés français, limitant ainsi l’exportation. Quel sera l’impact de la production française sur le marché mondial ? « Ce qui est certain, c’est que nous allons cette année assister à une réduction des stocks mondiaux. Il va falloir observer comment les marchés réagissent à cette information importante », conclut le directeur d’ODA.

Adèle MagnardJournaliste-reporter d’images

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en hausse après les publications canadienne et française

Les prix du blé étaient en hausse ce mercredi 15 septembre 2021 après-midi sur Euronext, après une révision à la baisse de la production canadienne et la confirmation d’une bonne récolte fourragère française.