Avec la baisse des disponibilités, l'exportation de blé français devra ralentir en deuxième partie de campagne. Mais cette baisse des expéditions « ne pourra se faire que par une perte de compétitivité engendrée par une hausse des prix de l'origine française par rapport aux autres », observait mercredi soir Offre et Demande agricole.

« En ce mois de janvier, le bilan français n'a jamais été aussi tendu avec un stock de fin de campagne prévu à 1,7 million de tonnes (Mt). Pour mémoire, en juin 2008, le stock de report était de 2,7 Mt. Le stock de fin de campagne ne garantirait que 18 jours de consommation, ce qui promet une soudure très critique », observe l'organisme de conseil.

« Nous considérons un stock outil nécessaire pour l'intercampagne de 2,2/2,4 Mt », indique Offre et Demande agricole.

A.Du.