Dans un communiqué paru mercredi, la Confédération paysanne revient sur le dossier du bioéthanol et recommande aux producteurs de blé de demander des comptes à leurs coopératives, qui «restent seules à persister dans cette impasse».

Selon le syndicat agricole, «il est clair aujourd'hui que ces filières n'apportent rien au monde agricole». Et de citer l'exemple de l'usine de Lillebonne de Tereos où «le manque à gagner pour l'organisme stockeur sera répercuté sur le prix moyen payé à chaque producteur». La Confédération paysanne fait le calcul: le blé éthanol sera payé par Tereos 120 € de moins que sur le marché alimentaire.

«Chaque jour qui passe, cette usine fait donc perdre 240.000 € aux producteurs, estime la Confédération paysanne. Cette perte affecte en premier lieu les agriculteurs ayant signé un contrat de livraison sur cinq ans avec Tereos, mais également les autres producteurs. En effet, la part de l'approvisionnement sous contrat ne représente qu'une petite partie des besoins totaux. Le complément sera fourni par les coopératives engagées dans l'opération, et sera payé le même prix.»

I.E.