« Le 24 mars, l'Association blé dur méditerranée, soutenue par ses voisins européens, se rend à Bruxelles pour une remise officielle du livre blanc aux députés européens », a annoncé mardi l'association.

« A l'heure où se dessine la réforme de la Pac 2014-2020, les représentants de la filière tirent la sonnette d'alarme sur le danger qu'encourt le blé dur dans ses zones traditionnelles de production et notamment en France », expliquent t-ils.

« Particulièrement résistante à la sécheresse, cette culture reste la seule espèce de blé cultivable en climat aride. Sur la zone traditionnelle, les exploitations céréalières sont principalement familiales et caractérisées par leur petite taille et leur activité diversifiée. A ce titre, elles jouent un rôle clé dans l'aménagement et l'occupation du territoire », défend l'association.

En France, les zones dites « traditionnelles » sont les régions Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d'Azur et les départements de l'Ardèche et de la Drôme. Elles bénéficient d'une aide spécifique à la production.

A.Du.