La part de l’essence SP95-E10 (qui contient 10 % d’éthanol) a atteint 33,2 % du marché total des essences en 2015, selon des chiffres communiqués mardi par la Collective du bioéthanol. Cette progression de 6,2 % comparé à 2014 est toutefois moins importante que les années précédentes, dans un marché de l’essence en légère croissance (+1,2 %).

Alors que neuf véhicules à essence sur dix sont compatibles avec le sans-plomb E10, la présence de ce biocarburant dans les points de vente « n’augmente pas assez vite », juge Sylvain Demoures, secrétaire général du SNPAA (Syndicat national des producteurs d’alcool agricole). Les enseignes pétrolières ont équipé 74 % de leurs stations-service pour proposer du SP95-E10, et la grande distribution (qui détient la majorité du marché) continue à progresser avec 43 % des stations équipées. Soit 5 200 stations-service concernées au total. Mais « l’avenir passera par une distribution accrue dans les hypermarchés », juge Sylvain Demoures.

La filière optimiste sur les perspectives de croissance

La filière est optimiste sur les perspectives de croissance du bioéthanol. Depuis le 1er janvier, grâce à une fiscalité réduite de 2 c/l, le SP95-E10 est en effet vendu en moyenne 4,5 c/l moins cher que le SP95 dans une même station. « Cet écart de prix permet de passer le cap psychologique pour l’achat du SP95-E10 », estime Sylvain Demoures. « Mais il n’est pas encore suffisant par rapport au diesel », souligne toutefois Pierre Chasseray, de l’association « 40 millions d’automobilistes ».

« On a encore une marge de croissance pour atteindre l’objectif de 10 % d’énergie renouvelable dans les carburants dans les transports d’ici à 2020. L’E10 représentera la majorité du marché mais il faudra aussi compter sur le superéthanol E85 (qui contient 85 % de bioéthanol). » La consommation d’E85 a augmenté de 6,5 % en 2015, alors que le nombre de points de vente a bondi d’un tiers, à 727 stations-service. Le parc de véhicules compatibles reste cependant limité, avec 30 000 voitures équipées de la technologie Flex fuel permettant de rouler avec différentes essences, et « peut-être 60 000 » supplémentaires dotées de boîtiers de conversion, selon Sylvain Demoures, qui prévoit que ce marché « va doubler ou tripler d’ici à 2030 », année où la loi de transition énergétique prévoit un objectif de 15 % d’énergie renouvelable dans les carburants.

I.E.