Le groupe américain Monsanto annonce son alliance avec le danois Novozymes, numéro un mondial des enzymes alimentaires et industrielles, pour proposer aux agriculteurs des solutions à base de micro-organismes (bactéries, champignons). « Les deux entreprises ont mis en place [le partenariat] The BioAg Alliance afin d'identifier, développer et vendre des solutions à base de micro-organismes qui permettent aux agriculteurs du monde entier d'augmenter les rendements des cultures en utilisant moins d'intrants », indiquent-ils dans un communiqué commun publié le 10 décembre 2013.

Le marché du biocontrôle est en pleine expansion, rappellent Monsanto et Novozymes, « avec des taux de croissance à deux chiffres au cours des dernières années ». L'industrie des produits biologiques agricoles représente aujourd'hui environ 2,3 milliards de dollars (1,6 milliard d'euros).

Selon les termes de cet accord de long terme, Novozymes, fort de son expertise en fermentation, gérera la partie relative à la production de solutions à base de micro-organismes et Monsanto effectuera les tests sur le terrain, l'homologation et la commercialisation des produits visant à combattre les maladies des plantes et stimuler leur fertilisation.

L'américain versera 300 millions de dollars (218 millions d'euros) au danois, en reconnaissance de ses installations déjà existantes. Car « Novozymes dispose déjà de produits sur lesquels il faudra caractériser les usages agricoles », a expliqué à l'AFP le porte-parole de Monsanto en France.

Monsanto ne propose à l'heure actuelle aucun produit à base de micro-organsimes. Cette année, il a déjà acquis Agradis, société spécialiste de la question basée en Californie.

Ce partenariat, soumis à l'aval des autorités de la concurrence, devrait être finalisé au début de 2014.

I.E.