Près de 10 mois après le scandale qui éclatait à l’abattoir du Vigan, filmé à son issu par une association de protection des animaux et pro-vegan, trois salariés et la communauté de communes devront répondre de leurs actes devant la justice.

Selon l’AFP, ils sont attendus au tribunal correctionnel d’Alès, les 23 et 24 mars 2017. L’un des salariés est renvoyé pour les délits « d’actes de cruauté et sévices graves sur animaux ». Les deux autres « seront jugés pour des faits de mauvais traitements sur animaux », précise un communiqué du procureur de la République à Alès, Nicolas Hennebelle.

La communauté de communes du Pays viganais, en qualité de personne morale responsable de l’abattoir, « devra répondre de plusieurs infractions à la réglementation des animaux », poursuit le procureur. L’établissement avait fermé ses portes à l’éclatement du scandale, puis a rouvert partiellement un mois après, le 23 mars.

AFP