C’est une action militante qui, par sa méconnaissance du milieu agricole, produit exactement les phénomènes qu’elle dénonce. En entrant dans deux élevages de dindes, dans l’Eure et dans le Morbihan, des membres d’associations antispécistes ont entraîné l’étouffement de plusieurs milliers de dindes.

Cette espèce, particulièrement craintive, a tendance à se masser dans les recoins des bâtiments lors du passage de personnes inconnues. Les militants, tentant de chasser les dindes au-dehors avec les panneaux sur lesquels figuraient leurs slogans, auraient exacerbé la panique chez les bêtes, qui se seraient donc, dans les deux cas, étouffées en se blottissant les unes contre les autres.

Mais ce n’est pas seulement la perte des bêtes, qui attise la colère de la filière. « Ces personnes agissent sans aucun respect des plans de biosécurité que nous avons mis en place dans les élevages. Et quand on les voit, en tenue de ville, visiter plusieurs exploitations dans la même journée, on a des raisons de penser qu’elles pourraient causer des dégâts sanitaires », s’alarme Yann Nedelec, directeur de la Confédération française de l’aviculture.

Des risques qui n’empêchent pas les membres de structures comme DXE, Boucherie Abolition ou encore des médias comme Konbini, de multiplier, depuis plusieurs semaines, les intrusions dans les élevages.

Ivan Logvenoff