« Le GNR nous a donné un coup de pouce », reconnaît Bernard Cogniel, président de Beiser environnement, pour expliquer le bond de 22 % du chiffre d'affaires de sa société en 2011, à 19,5 millions euros.

Les ventes de citernes (fioul, deux-en-un, NN2G, etc.) ont atteint 4.990 unités, dont 60 % en acier et 40 % en polyéthylène à haute densité, traité avec le procédé SMP afin de résister à l'agressivité du GNR.

Elles représentent 59 % du chiffre d'affaires, loin devant le matériel d'élevage (13 %), les tôles et fournitures de bâtiment (9 %), ainsi que l'outillage (6 %).

Le courant d'affaires a également été soutenu par un crédit gratuit sur onze mois. Il concerne sept ventes sur dix en 2011.

La télévente reste prépondérante. Mais le site internet augmente régulièrement sa fréquentation. Il a été visité plus de 1.400 fois par jour l'an passé.

La part des achats directs se limite encore à 0,6 million d'euros, mais atteint les 2 millions grâce à l'assistance téléphonique.

Se développer en Allemagne

Beiser environnement est confiant en son développement. D'abord, selon Bernard Cogniel, parce que la mise aux normes du parc français à citernes GNR est loin d'être terminée.

Ensuite car l'offre de l'entreprise s'étoffe, avec une gamme pour le pesage, du pèse-essieu jusqu'à la balance pour la vente directe, un kit de transport de barrières Texas, un modèle de débroussailleuse et un autre de broyeur de branches, des passages canadiens…

Un centre de télévente est en construction en Allemagne afin d'élargir la zone de chalandise. Il devrait être opérationnel l'automne prochain. Beiser espère y placer en priorité du matériel d'élevage et fortifier un chiffre d'affaires à l'exportation qui se résume pour l'heure à seulement 3 % du total.

La société, qui réalise 70 % de son chiffre d'affaires en agriculture, ciblera également davantage les petites et moyennes entreprises, ainsi que les collectivités, « qui ont les mêmes besoins que les agriculteurs ».

L'objectif est de porter le chiffre d'affaires à « 30 millions d'euros d'ici à deux ou trois ans ». Pour permettre cette croissance, un nouveau progiciel de gestion intégré (ERP) est mis en place en 2012 et le site de stockage de la firme, à Bouxwiller, dans le Bas-Rhin, va passer de dix à quinze hectares.

Site : www.beiser-se.com

Henri Roy