Dans son rapport de 2011 présenté ce mercredi 20 mars 2013, l'agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse estime que 40 % des cours d'eau et 20 % des nappes phréatiques de son territoire sont pollués par des produits phytosanitaires, le plus fréquemment par du glyphosate.

Dans les pesticides retrouvés, certains sont interdits, justement parce que leur persistance dans l'environnement est trop longue. Mais à quelques endroits, « une utilisation actuelle de ces pesticides interdits n'est pas exclue car les concentrations de la molécule mère ne baissent pas », relève l'agence de l'eau, qui trouve très suspects certains coins du Beaujolais et du Roussillon.

Globalement, 38 nappes phréatiques du bassin hydrographique, et 49 captages, « dépassent la norme de potabilité et nécessitent un traitement lourd pour rendre l'eau potable », indique le rapport.

Dans le bassin Rhône-Méditerranée, la pollution aux nitrates est limitée à quelques rivières situées dans le Lauragais et le Beaujolais. Le directeur de l'Agence, Martin Guespereau, a signalé des progrès sur les phosphates, désormais totalement interdits, et sur les pollutions organiques grâce à la mise aux normes progressive des stations d'épuration.