Le Crédit Agricole va mettre à disposition une enveloppe de 5 milliards d’euros pour que ses clients agriculteurs en difficulté puissent demander des prêts de trésorerie ou de fonds de roulement à un taux maximal de 1,5 %. Dans un entretien accordé à l’AFP, Bertrand Corbeau, directeur général adjoint de Crédit Agricole SA, a présenté un dispositif à deux niveaux : « Le premier niveau, c’est une enveloppe de 3,5 milliards qui doit permettre la préparation de la campagne future. Le deuxième, c’est une autre enveloppe de 1,5 milliard en prêts à moyen terme pour permettre de reconstituer les fonds de roulement pour les agriculteurs qui auront le plus besoin d’apports structurels. » Les taux seront fixés « par chacune des caisses régionales et nous nous sommes engagés à limiter le taux à 1,5 %, un taux extrêmement bas », a-t-il ajouté.

Garanties publiques

L’État doit annoncer d’ici à deux semaines un plan pour l’ensemble des filières agricoles en difficulté, comprenant des mesures de garanties publiques pour aider à refinancer les exploitations en difficulté, avec également les banques et la Banque publique d’investissement (BPI France) pour que « chacun joue son rôle ». « La garantie de l’État viendrait en garantie des prêts accordés à nos clients qui en ont besoin, notamment pour les situations les plus tendues », assure M. Corbeau.

Le Crédit Agricole (dont les clients sont à 90 % des agriculteurs) a réaménagé 42 000 prêts depuis près de 18 mois, dont 14 000 dispositifs d’années blanches, c’est-à-dire de report d’une année de remboursements.

AFP