Le ministre de l'Agriculture propose pour la rentrée de 2009 l'instauration d'un bac professionnel en trois ans qui rapidement remplacerait l'actuel en quatre ans, rappelle lundi la Confédération paysanne dans un communiqué estimant que cela va à «contresens» du Grenelle de l'environnement et du plan Ecophyto 2018 qui impliqueront une bonne formation des agriculteurs. Le bac pro se déroule actuellement en deux étapes: le BEP puis les deux années de bac. «Cette réforme veut à terme éliminer le BEP», estime le syndicat.

La Confédération paysanne demande donc au ministre de l'Agriculture de «revoir sa copie», et propose une réelle évaluation de l'expérimentation du bac pro en 3 ans si celle-ci devait avoir lieu.

Aujourd'hui, le syndicat s'interroge «s'il faut croire le ministre de l'Agriculture qui met en place les suites du Grenelle, ou celui qui veut faire des économies ''de bouts de chandelle'' sur la formation des futurs paysans».

«Le seul objectif du gouvernement consiste à réaliser des économies en supprimant des postes d'enseignants et en diminuant le nombre de jeunes qui pourront suivre le cursus scolaire, estime la Confédération paysanne. Cette vision rétrécie de l'ambition de formation nie la manière différenciée qu'ont nombre de jeunes en rupture avec l'enseignement classique d'apprendre par une méthode beaucoup plus pragmatique.»

«Si ce projet de bac pro en 3 ans devient le seul qui existe, nous verrons encore plus de jeunes en échec scolaire. Ils seront moins nombreux à obtenir la capacité professionnelle pour s'installer en agriculture», ajoute le syndicat.